S’implanter en Chine

La Chine a changé

Entre 1978 et 2015, le pays s’est extirpé de la pauvreté et s’est haussé au rang de deuxième puissance économique mondiale. Dans le même temps, selon la Banque Mondiale, sa part dans le PIB mondial a bondi de moins de 4 % à 18 %. Quant à la part des exportations dans l’économie mondiale, elle est passée de 4,3 % en 2001 à plus de 13,8 % en 2016.

En 2021, le PIB en Chine à progressé de 8,1%, une croissance qui dépasse la prévision de 6%. Le PIB le plus élevé depuis des années.

Ville de nuit

Aujourd’hui, le marché chinois est devenu plus concurrentiel, mais reste toujours accessible dans une grande variété de secteurs. En 2016, la Chine était le troisième pays ayant attiré le plus d’investissements étrangers directs (IED) dans le monde.

Depuis juin dernier, Pékin a également réduit la liste des restrictions sur l’IED dans les zones de libre-échange.

Cependant les investissements français en Chine ne figurent pas encore dans la liste du top-10 des pays étrangers, où se trouvent l’Allemagne, l’Angleterre et le Luxembourg.

La part de marché des entreprises françaises, représentant 1,6 % en 2016, est encore trois fois inférieure à celle de l’Allemagne. De nombreuses opportunités restent donc à explorer entre les deux pays, notamment dans des secteurs comme les énergies renouvelables, la gestion des déchets, la consommation, les hautes technologies, la santé, le tourisme, la culture, etc.

La fermeture des frontières en 2020 a refermé l’économie chinoise sur elle-même avec une rapide montée en puissance de la concurrence locale qui a su profiter de ses avantages : rapidité de réaction et d’adaptation, accès facile et peu cher aux ressources locales, forte compréhension des besoins locaux, et produits présentant d’excellent rapports qualité/prix.

Cette situation n’a pas découragé les sociétés européennes qui confirmaient dans une étude de 2022 vouloir continuer à investir en Chine.

Des secteurs en forte croissance

Quatre secteurs en forte croissance en 2022 présentent de réelles opportunités pour les entreprises étrangères dans les 5 à 10 prochaines années : le secteur médical/santé, les nouveaux modes de transport, les énergies vertes, et l’agri-agro.

Le croisement entre une forte baisse de la natalité et une augmentation de l’espérance de vie pousse le gouvernement et les entreprises à investir massivement dans le système de santé pour faire face au vieillissement de la population (330 millions de personnes de plus de 65 ans d’ici 2050).

Néanmoins, les couts élevés liés à l’import des machines vont favoriser les entreprises (étrangères ou chinoises) qui produiront localement leurs équipements et produits lors des appels d’offre.

Face à l’accélération de l’urgence climatique et pour soutenir les engagements pris, la Chine est devenue un leader dans la production de véhicules électriques (bus et véhicules de tourisme) pour alimenter le marché local et les marchés exports.

Le secteur est supposé enregistrer un taux de croissance de +38% entre 2021 et 2025. En parallèle, la production d’énergies renouvelables, le recyclage (dont des batteries des véhicules électriques), la gestion des ressources sont des secteurs prioritaires pour le gouvernement qui investit massivement.

Chiffres clés Chine

Finalement, la Chine reste un pays fortement dépendant de l’importation de produits alimentaires et de technologies agricoles.

Avec seulement 10% des terres arables en Chine pour une population rurale de 300 millions d’habitants, le pays soutient massivement les techniques et technologies agricoles permettant d’accroitre les rendements tout en préservant la performance des sols et le développement durable (techniques d’agriculture hors-sol, gestion de l’irrigation, culture sous serre, etc.).

Pour en savoir plus : PIB de la Chine

La France en Chine

Emmanuel Macron était en visite en Chine début janvier 2018. Il est le premier chef d’État européen à se rendre dans l’Empire du Milieu depuis le 19ème Congrès du Parti communiste chinois, symbolisant par là l’ouverture d’une nouvelle relation de partenariat stratégique entre la France et la Chine.

Malgré toutes les craintes au niveau du déficit commercial de la France par rapport à la Chine, et du protectionnisme qui existe sur le marché chinois autant que sur les marchés européens et français, les deux pays possèdent des intérêts mutuels et de nombreuses opportunités à explorer ensemble.

La France, qui bénéficie d’une image «romantique» en Chine et de belles ressources touristiques, reste pour les touristes chinois une destination de rêve. Ces derniers ont tendance à voyager de plus en plus individuellement, et recherchent des expériences originales. Plus de deux millions d’entre eux sont attirés chaque année par la France.

Enfin, les investissements chinois en France doivent être considérés comme une opportunité, et non comme une menace. Ils ont permis de financer des projets, de dynamiser le marché et de créer des emplois en France, comme pour Huawei, Haier, Fosun, Lenovo, Bluestar, etc. Les entreprises chinoises doivent toutefois s’adapter davantage au contexte local, sur le plan réglementaire, économique et culturel. Elles ont besoin de plus de guides et de conseils de la part des Français sans préjugés ou craintes excessives.

Altios en Chine

En constante croissance, le marché chinois est devenu un enjeu crucial pour les entreprises étrangères de tout type et de toute taille. Mais développer son activité sur ce marché peut constituer un challenge insurmontable pour un bon nombre d’entreprises occidentales, qui ne profite pas alors des opportunités locales.

ALTIOS fournit ainsi tous les outils adaptés grâce à notre équipe locale et notre expertise afin de faciliter vos projets d’investissement en Chine.

S'implanter en Chine

/ Vous avez un projet ?